Capture.PNG

L’ENFANT D’ABORD

La dénomination de l’association résume bien la philosophie de ses créateurs : l’Enfant est notre priorité.

Nous pensons que tous les enfants, sans condition de ressource, de religion, d’ethnie, de nationalité, de position sociale… ont droit à une éducation de qualité.

Pour atteindre cet objectif de qualité, il est nécessaire de s’intéresser, non seulement aux conditions d’accueil dans les structures d’enseignement, mais aussi aux conditions de vie des enfants dans leur milieu d’origine.

Impossible d’enseigner à des enfants qui ont faim par exemple. Ou qui ne possèdent pas le matériel scolaire de base.

Donner toutes ses chances à l’enfant consiste à le mettre dans des conditions favorables : un établissement scolaire près de chez lui (ou mettre une cantine à sa disposition pour le repas de midi le cas échéant), une structure suffisamment grande, des enseignants qualifiés, une pédagogie adaptée, du matériel adapté et en nombre suffisant, une restauration complémentaire si celle de la maison est insuffisante en qualité et/ou en quantité, un environnement serein et non-violent qui exclut toute brutalité ou humiliation pour que l’enfant trouve du plaisir à se rendre à l’école.

Le respect des besoins de l’enfant, en fonction de son âge et de ses capacités, est un élément indispensable pour un apprentissage fructueux.

 

 

 

 

 

A Niague Peulh, malgré toute la bonne volonté des équipes enseignantes, ces conditions optimales ne peuvent pas exister complètement. Par manque de moyens matériels de l’école et des parents, par ignorance, parce que les effectifs des classes augmentent et que les maitres n’ont pas la possibilité d’offrir à chaque enfant le temps et la disponibilité dont celui-ci aurait besoin, … les raisons pour expliquer le décalage entre une vision idéale de la prise en charge de l’enfant et la réalité ne manquent pas.

Ces difficultés, tous les membres actifs de l’association en sont bien conscients. Parce qu’ils habitent le village, qu’ils y travaillent (parfois comme enseignant) ou parce qu’ils sont parents d’élèves ou ancien élève.

Ensemble, ils tentent de remédier, autant que cela est possible dans les limites de l’association, à ces obstacles qui freinent le bon apprentissage des enfants. Leur attention se porte en priorité vers les enfants les plus démunis, ceux qui sont le plus éloignés de l’Institution scolaire pour des raisons socio-économiques.

«Tous les enfants, sans condition de ressource, de religion, d’ethnie, de nationalité, de position sociale… ont droit à une éducation de qualité»

Cathy Ba

LES 3 LUTINS.jpg

NOUS CONTACTER

Merci!