CHARTES DES PARRAINAGES

CHARTE DES PARRAINAGES

DE L’ASSOCIATION « L’ENFANT D’ABORD »

A Niague Peulh Au Sénégal

(Avec prise d’effet au 01 juillet 2020)

 

 

 

Notre parrainage est avant tout un acte de solidarité qui engage trois parties :

  • un parrain sensibilisé aux inégalités Nord-Sud,

  • un enfant qui se voit offrir l’espoir d’un avenir meilleur

  • notre association locale qui veille au respect du cadre défini ci-dessous.

Nous concevons cette action comme un soutien aux populations, dans le strict respect des législations en vigueur,  du fonctionnement social de la communauté dans laquelle nous intervenons et dans la droite ligne des politiques nationales sénégalaises. Le parrainage est donc réfléchi de manière à ne pas déséquilibrer des relations intrafamiliales et sociétales.

 

Nous vous invitons à lire ce document et à nous le retourner complété, daté et signé.

 

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

Au Sénégal, la loi prévoit la scolarisation obligatoire des enfants de 7 à 16 ans. Toutefois, la situation socio-économique du pays ne permet pas que cette scolarisation puisse être effectuée dans de bonnes conditions.

Convaincue de l’intérêt d’une scolarisation de qualité pour le développement personnel des individus et plus généralement du pays, l’association L’Enfant D’abord a construit un complexe scolaire constitué de 2 établissements :

 

  • Le Jardin des Lutins : il accueille des enfants âgés de 2 ans ½ à 7 ans répartis en 3 sections : la Petite Section (travail sur la socialisation et l’intégration des règles de vie sociale en milieu scolaire), la Moyenne Section (démarrage des apprentissages scolaires) et la Grande Section, (préparation à l’école élémentaire).

 

  • L’école élémentaire Yaye Mariama Ba : elle accueille les enfants à partir de 7 ans et respecte scrupuleusement le programme éducatif sénégalais mais avec un niveau d’exigence plus élevé que ce qui est généralement attendu dans les structures publiques. L’objectif est de mobiliser toutes les compétences de l’élève pour lui donner les meilleures chances de réussite.

 

A noter : au Sénégal, la scolarité s’effectue en français, qui est la langue nationale. Le français reste cependant une langue étrangère pour la population qui parle la langue de son ethnie. Les enseignants du  Jardin des Lutins initient les plus petits au français en s’adressant à eux dans leur langue maternelle puis en français ; au bout de 3 ans, par étapes progressives, l’enseignement est exclusivement en français avec un recours ponctuel à la langue maternelle pour renforcer la compréhension de certains apprentissages.

La pédagogie utilisée au centre scolaire est non violente, axée sur le jeu et l’expérimentation, notamment pour le préscolaire. Les classes ont un effectif limité à 25 élèves.  Nous accueillons aussi des enfants « différents », afin de les socialiser, de les aider  s’épanouir et assurer un suivi médical adapté.

Tous nos élèves bénéficient en outre :

 

  • d’un apport alimentaire qui s’inscrit dans notre programme de lutte contre la malnutrition ;

  • d’une plus forte implication de leurs parents, positionnés comme de véritables partenaires au travers d’une association dynamique de parents d’élèves ;

  • d’actions d’animation, en dehors du temps scolaire, qui sont régulièrement proposées et qui participent à l’épanouissement des enfants, avec des résultats significatifs sur l’investissement scolaire (jeux éducatifs, sport, sorties pédagogiques avec des volontaires internationaux,…) ;

  • d’un suivi sanitaire mis en place avec des organismes partenaires (consultations de médecine générale et spécialisée, sur place ou à l’hôpital pédiatrique, avec le poste de santé de Niague et des ONG partenaires).

 

 

LE PARRAINAGE

 

Le Jardin des Lutins, l’école Yaye Mariama Ba et le Centre de Formation Professionnelle de Niaga (partenaire de notre association) sont des structures privées à but non lucratif. La scolarité est donc payante afin de permettre le paiement des salaires, l’achat du matériel et de l’équipement, la distribution des repas, les transports scolaires et la prise en charge des frais de fonctionnement des structures. Notre association ne perçoit aucune subvention publique et fonctionne uniquement grâce à des dons privés.

Le parrainage est une action simple pour venir en aide rapidement à un enfant et/ou à une communauté. Notre association en propose 2 types : individuel ou collectif

 

  • Le parrainage individuel : La majorité des parents de notre zone sont dans l’incapacité de financer cette scolarité. Le parrainage vient donc soutenir les familles par la prise en charge de la scolarité de l’enfant. Les familles bénéficiaires sont choisies parmi les plus démunies du village. Sans cette aide, les enfants ne pourraient pas fréquenter de structure préscolaire et effectueraient leur scolarité dans une école publique saturée par un effectif pléthorique et un manque de moyens. Ils ne bénéficieraient pas  d’un complément alimentaire ni d’un suivi sanitaire régulier.

Le parrainage démarre à la rentrée scolaire pour une durée minimum de 12 mois. Il est renouvelé tacitement chaque année mais peut s’interrompre à tout moment, avec un préavis de 3 mois pour nous permettre le recrutement d’un nouveau parrain.

 

  • Le parrainage collectif : l’aide apportée n’est pas individualisée mais s’adresse à un groupe-classe identifié ; il permet de soutenir l’école par l’achat de matériel, le financement d’un salaire ou des sorties pédagogique par exemple.

A noter : si vous manifestez votre désir de parrainer un enfant en cours d’année, votre cotisation sera versée sur un parrainage collectif dans l’attente de la prochaine rentrée scolaire, ou dans l’attente qu’un enfant soit accessible au parrainage. Ce « parrainage d’attente » est un moyen rapide de vous impliquer dans nos projets et de soutenir la communauté scolaire.

 

 

LE COUT DU PARRAINAGE :

 

Le parrainage individuel s’élève à 150 € par an et par enfant, quelle que soit la classe de l’élève, et lui assure  une gratuité totale pour l’enseignement, les fournitures, le matériel scolaire, l’accès aux activités d’animation périscolaires, des cours de renforcement si nécessaire, le suivi sanitaire ainsi qu’un complément alimentaire quotidien et la prise en charge des transports pour les élèves du Centre de formation professionnelle.

Le montant du parrainage collectif est libre, sauf dans le cas où il s’agit d’un « parrainage d’attente » (le montant est alors de 150 €)

Les parrainages déjà en cours : pour les élèves du préscolaire, il reste à 120 € par an jusqu’à l’entrée de l’élève à l’école Yaye Mariama Ba où il passera alors à 150 €. Les conditions énoncées au démarrage du parrainage restent donc inchangées.

 

En fonction des législations en vigueur dans certains pays (France et Belgique notamment), le paiement du parrainage, autant individuel que collectif, peut ouvrir droit à une déduction fiscale.

 

COMMENT PAYER :

 

Plusieurs possibilités s’offrent à vous : paiement immédiat ou mensualités échelonnées auprès de nos partenaires ou de nous-mêmes

  • En France : l’association « Les Loustics sous le Baobab » (chloe.weckel@gmail.com)

  • En Belgique : l’ASBL « Ensemble Gno Far » (jeanluc.nef@skynet.be)

  • Au Sénégal : à l’association « L’Enfant D’abord » (mamcathyba@gmail.com)

  • Dans le reste du monde : nous contacter ou via l’association française « Les Loustics sous le Baobab »

 

L’ENGAGEMENT DES PARRAINS

 

Dans la mesure du possible, un engagement sur une durée minimum de 6 à 8 ans est souhaitable, afin de donner le meilleur départ possible à l’enfant en lui assurant une stabilité. Mais le parrain reste libre d’y mettre fin à tout moment, en respectant, s’il le peut, le préavis de 3 mois.

 

 

 

De plus, le parrain s’engage à :

 

  • Nous communiquer ses coordonnées personnelles (identité, adresse, téléphone, mail), y compris si le parrainage est effectué au moyen d’une association partenaire

  • Ne pas offrir, sans l’accord de l’association « L’Enfant D’abord », de cadeaux personnels d’un montant supérieur à 15 € par an à son filleul (risque de déstabilisation des équilibres socio-économiques).

  • A ne pas diffuser sur les réseaux sociaux de photos de son ou sa filleul(e) sans l’accord de l’association « L’Enfant D’abord ». Les photos présentant l’enfant dans son cadre scolaire ne présentent généralement aucune contre-indication ; par contre, celles prises lors de distributions de vivres par exemple, pourraient être considérées comme « portant atteinte à l’image de la personne ».

  • A ne pas entretenir avec la famille de son filleul des relations trop personnelles, notamment par le biais des réseaux sociaux, afin de ne pas susciter un espoir non-fondé d’une ultérieure prise en charge de l’enfant en Europe ou en Amérique, ou le versement par le parrain de mensualités pour faire vivre la famille. Si de telles demandes se produisaient, le parrain s’engage à en informer l’association immédiatement.

 

 

L’ENGAGEMENT DE L’ASSOCIATION

 

L’association s’engage à :

 

  • S’assurer du respect du cadre conventionnel du parrainage par la présence sur place de notre coordonnatrice

  • Scolariser normalement l’enfant en lui fournissant les outils nécessaires à ses apprentissages, y compris les frais de transport pour les élèves du centre de formation professionnel

  • Assurer un suivi sanitaire et social de l’enfant et de sa famille

  • A informer le parrain de tout changement survenu dans la situation de l’enfant

  • A communiquer au parrain les bulletins scolaires trimestriels

  • A faire parvenir au parrain des photos de son filleul à raison de 2 à 3 par an minimum

  • A informer les parrains des réalisations rendues possibles par le parrainage collectif

  • A rendre compte de toutes les actions entreprises (le bilan annuel de l’association, comprenant le bilan d’activités et le bilan comptable validé par un commissaire aux comptes, est disponible sur simple demande).

 

 

LES AIDES COMPLEMENTAIRES POSSIBLES

 

Indépendamment du parrainage,  toute personne qui le souhaite peut contribuer au bien-être d’un enfant et de la communauté de 2 manières :

 

•             Le financement d’une mutuelle de santé, pour 1 enfant et sa maman : cela permet une réduction de 50 à 80 % des frais de santé, pour un coût annuel allant de 5.35€ à 16.75 € selon les situations. Les parrains verseront en priorité, mais de manière non-exclusive pour leur filleul (possibilité de financer la mutuelle pour les autres membres de la famille, ou pour une autre dyade mère-enfant du village). Nous consulter au préalable.

 

•             La participation à notre caisse de solidarité créée pour venir en aide à toutes les familles du village; les versements sont libres et permettent un soutien alimentaire et/ou sanitaire des familles fragilisées. Le lien vers cette caisse est le suivant : https://www.helloasso.com/associations/les-loustics-sous-le-baobab/collectes/caisse-de-solidarite

 

A NOTER : ces aides s’adressent à toutes les familles du village, que leurs enfants soient parrainés ou non. L’association ne peut donc pas garantir que l’aide versée par un parrain sera intégralement distribuée à son filleul, même si une priorité lui sera donnée dans le cas où l’aide est justifiée au regard de la réalité du terrain. Il faut considérer que la société sénégalaise a pour principe l’équité dans le partage ; des parrains sont généreux, d’autres ne peuvent pas l’être autant.  Privilégier un enfant ou une famille peut créer des déséquilibres dans la distribution des aides alimentaires et sanitaires et devenir  source de tensions intrafamiliales et sociales. Nous ne le souhaitons pas.

 

 

Engagement contractuel entre l’association L’Enfant D’abord (représenté par son Président) et le parrain/la marraine


 

Le parrain/la marraine :

Nom, prénom :

Adresse

 

Téléphone :

Mail :

Signature précédée de la mention manuscrite « lu et approuvé »

A Niague Peulh, le

Oumar Ba, président

de l’association « L’Enfant D’abord »

Lake Retba, Senegal

(00 221) 776970622

©2019 by Les Enfants d'Abord.